Rechercher
  • Nelly

Ma Belle Andalouse de Serge De Libos

L'auteur : 


L'auteur se retrouve à 25 ans le plus jeune chef de mission pour un constructeur automobile en Afrique du Sud. Il enchaînera ensuite sur des chantiers de construction automobile en Amérique du Sud, en Europe et au Moyen-Orient… Quelques années plus tard, il se retrouve sur de grands chantiers pétroliers principalement en Afrique et au Moyen-Orient. Parallèlement, il effectuera plusieurs grandes expertises internationales. C'est aussi un humaniste qui s'intéresse à l'homme et au milieu où il vit, qui cherche à comprendre en partant des civilisations anciennes ou disparues, pourquoi nous sommes devenus ce que nous sommes, mettant en parallèle, les peuples dits "sous-développés" et nous, homme du monde moderne. Septuagénaire aux muscles ramollis, mais avec sa tête de 30 ans, il nous entraîne dans ses folles aventures.




Résumé :


Ma belle Andalouse est un roman mi-fiction mi-réalité où l'auteur entraîne le lecteur dans une aventure exaltant et passionnée. Par son métier, il vous invite à le suivre dans sa vie professionnelle quotidienne de meneur d'hommes sur de grands chantiers pétroliers africains, mais aussi sur une partie de sa vie privée, pleine d'imprévus om le destin bienveillant à son égard va, pour la première fois, lui ravir le bonheur tant espéré.





Mon avis :


Une lecture entrainante et passionnantes…


Ce livre m'a été envoyé pour un Service Presse des éditions St Honoré à la demande de l'auteur. Je les remercie pour cette découverte.

L'auteur nous entraine dans ses folles aventures, c'est clairement cela.

Au départ, une simple rencontre par une chaude après-midi d’été : lui « meurt » de soif, et sa future rencontre est tranquillement installée à une terrasse de café. Et voilà que le destin s’en mêle. Destin, car, il vous faut savoir, que l’auteur voit partout « le destin ». Tout ce qui peut lui arriver, c’est par le destin.

Une discussion entrainant une autre discussion, puis une balade pour finir sur un diner… Un diner seulement… Je vous laisse le découvrir… J


Nous voilà plongé dans un début de relation entre Serge et « la belle Andalouse ». Serge pose un regard de profond respect sur les femmes. Je ne sais pas comment, mais il les comprend rien qu’en les regardant et en discutant avec elles. Ils arrivent à leur faire dire ou pratiquer ce qu’elles n’oseraient – en temps normal – ne jamais faire. Il a un don, ce n’est pas possible autrement.


Nous allons suivre le début d’une profonde relation amoureuse entre Serge et Maria comme je le disais. Mais voilà, Serge a un métier contraignant car il peut parfois partir pour de longue mission, un peu comme les militaires. Serge, en effet, doit repartir en Afrique pour une mission d’un mois sur un projet d’une extrême envergure et ayant des conséquences extrêmes financières mais pas que…

Leur amour naissant survivra-t-il à cette séparation forcée ?

Parallèlement, nous découvrons le métier de Serge à savoir le métier de l’auteur, si vous ne l’aviez pas encore compris. J’avoue avoir pris un certain plaisir à découvrir ce métier. C’est un métier à risque, difficile physiquement et psychologiquement. Tout le monde ne peut pas prétendre à ce travail. Un travail d’homme sans vouloir être sexiste, loin de là.

Nous découvrons donc ce métier de meneurs d’hommes sur des plateformes pétrolières. Nous allons voir comment Serge magne d’une main de fer sa troupe, allant jusqu’au licenciement de certains pour négligence, fautes, etc… Il nous montre comment discerner une personne, comment motiver un groupe afin de réaliser ce qui pour certains semble irréalisable. Mais à clé, une belle récompense.


Un livre puissant de questionnement car l’auteur arrive à nous faire prendre conscience de certaines choses, à nous remettre en question, à nous poser intérieurement des questions…


Sans vouloir spolier la fin de l’ouvrage, j’ai été extrêmement surprise de cette fin si surprenante qu’inattendue. La fin de l’ouvrage est profondément triste mais à vous de découvrir pourquoi.


Ma seule déception, l’auteur n’y ai absolument pour rien, il le sait et par conséquent sa Maison d’Éditions également, c’est la quantité de fautes perturbant la lecture et la rendant pénible. Pas forcément des fautes d’orthographes même s’il y en a avec des fautes de syntaxes, mais des fautes de frappes ou d’inattentions… Par exemple, il va manquer une lettre à un mot lui donnant un autre sens, ou il manquera un mot dans la phrase donnant également un contre sens. Malheureusement le livre en est plein comme s’il n’avait jamais été lu par la Maison d’Éditions. Rassurez-vous, l’ouvrage va être corrigé et réédité… Donc après se sera que du bonheur pour la lecture.


ISBN : 978-2-407-00340-2

482 pages

Prix : 21.90 €

ST HONORÉ Éditions

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout